Une soirée entre Gajin

Publié le par orobas

undefinedundefinedundefinedMercredi soir je suis allé avec des potes dans une soirée un peu étrange. Enfin quand je dis des potes j'en connaissais un et c'était limite de vue. En fait c'était un noir américain que j'avais croisé au moins 5 ou 6 semaines auparavant dans un petit restaurant rapide où on n'y trouve que des Japonais. C'était bien la première fois qu'il croisait un gajin dans un endroit pareil. Du coup on a échangé nos numéros de ketai. Quand j'ai reçu un coup de fil de sa part la semaine dernière j'ai vraiment été étonné, je ne pensais pas avoir un jour de ses nouvelles.

La soirée se passait dans une sorte de grand bar à Ropongi, le seul endroit de Tokyo où vous pouvez croiser beaucoup d'étranger. C'était une présentation des travaux de différents artistes et architectes japonais. Donc sur quatre écrans géant on avait droit à des photos de leurs différentes oeuvres ou concept. Cette partie en soit n'était pas très intéressante. Il y avait par exemple des photos floue de concerts de rock, bof, un étudiant en architecture qui montrait comment recycler des containers pour les PVD, un gars qui nous expliquait l'évolution de sa vie au travers de screenshot de son bureau (Mac en plus) ...

En fait il y a deux aspects de la soirée qui ont fait que c'était une bonne soirée. La première c'est la présentation d'un métier qui n'existe qu'au Japon, qui ne pouvait exister qu'au Japon et que seul les Japonais pouvait considérer comme de l'art : l'écriture des Kanjis au ducktape. Pour ceux qui ne savent pas, le ducktape est un ruban adhésif qui contient des fibres de je ne sais pas quoi qui le rendent super résistant. Donc en plein milieu de la soirée on a eu droit à une magnifique performance où une célébrité du Japon (qui est en fait un mec qui travaille sur des chantiers et qui a créé une nouvelle police de Kanji faite pour le ducktape) est venu nous faire en direct une série de trois kanjis sur une planche de contre-plaqué. Ça doit quand même être super dur d'écrire comme ça.

La seconde partie sympa c'était la rencontre avec plein de personnes sympa, dans le lot il y avait : un autre Français, une Tcheque, un Américain, un Chinois, une Espagnole et les autres je ne me souviens plus, pas plus que de leurs prénoms.

Voilà une bonne petite soirée comme j'en passe pas assez.

Publié dans Soiree

Commenter cet article